(TFE) Séropositif d’abord, patient ensuite ?

Ludivine a soutenu en 2015, son travail de recherche et obtenu la note de 18/20. Son thème est la séropositivité. Voici un résumé.


Ce mémoire de fin d’études s’intéresse aux attitudes des infirmiers lors de la prise en soin d’un patient séropositif. L’infirmier est un professionnel mais aussi une personne à part entière.

Alors comment conjuguer attitudes personnelles et celles exigées par la profession ?

Plusieurs infirmières sur le terrain se sont prêtées au jeu de mes interviews. Elles se sont exprimées sur leur représentation du VIH, des personnes séropositives et leur façon de les prendre en soin.

Les émotions, lorsqu’elles se mêlent aux devoirs professionnels, peuvent provoquer divers comportements. La peur de la personne séropositive est une réalité. Cette maladie effraie puisqu’elle est contagieuse et n’a pas de traitement curatif. Un manque d’information sur la maladie et sa contagion pourrait expliquer cette peur.

De cette réalité découle la possibilité de discrimination et de jugement de la part des soignantes qui agissent selon leurs propres représentations et valeurs.

Certaines éprouvent parfois de la tristesse au constat de la différence de traitement et peuvent manifester de l’empathie que le patient pourrait considérer comme de la pitié.

Le principal objectif de ce mémoire d’essayer d’identifier les différentes attitudes, d’en comprendre les facteurs déclenchants et les conséquences, sans jugement de valeurs.

Mots clés : séropositif, attitude, soignant, émotions, prise en soin

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES