Flora vous propose de consulter son travail de fin d’études sur la thématique de la maladie VIH et de ses représentations sociales dans le milieu du soin (conséquences ou dérives de ces représentations). Elle a validé brillamment ce travail ! Bonne lecture.


La maladie du virus d’immuno-déficience humaine ou appelée VIH est un enjeu majeur de la politique de santé publique car elle reste de nos jours une des plus grandes épidémies. Cette infection qui se transmet par des rapports non protégés et par le sang contaminé, a été porteuse de significations et aborde différentes thématiques qui ont fait l’objet de discrimination tant sociale que médicale.

Comme par exemple, les refus de soin , la peur de la contamination ou encore la mise en œuvre de pratiques qui interrogent l’éthique et la bientraitance des séropositifs. Après avoir été confronté à une situation en stage, un questionnement m’est parvenu qui est : « en quoi la représentation de la maladie du VIH influence-t-elle la prise en charge du patient ? ».

Ainsi l’objectif de ce travail est d’étudier les limites des représentations autour de la maladie du VIH par le corps soignant et de son impact sur la prise en charge du malade. Pour cela, trois entretiens infirmiers ont été réalisé sur la base d’une analyse qualitative. Les résultats exploités montrent alors un impact sur la prise en charge du malade séropositif qui sont liées aux représentations négatives de la maladie.

En effet, au départ considérée comme dangereuse et très contagieuse. Ils montrent que plus les infirmiers sont expérimentés plus ils comprennent les difficultés rencontrées et l’irrationalité des peurs et des idées reçues. Grâce à l’évolution, les professionnels médicaux sont plus attentifs à leur égard. De nos jours, en raison de la diminution de la mortalité et de l’amélioration de l’espérance de vie des malades, la maladie est maintenant banalisée.

Par conséquent, nous pouvons nous questionner sur « Comment construire une alliance thérapeutique d’un patient séropositif discriminé au regard de son statut ? ».

Mots clés : VIH, Représentations, Discrimination, Evolution, banalisation



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Andrise vous propose son travail de fin d’études traitant de l’éducation thérapeutique du patient inobservant au niveau de son traitement dans le cadre d’un diabète de type II.


Le diabète est une pathologie qui nécessite une éducation thérapeutique contrée sur le patient. En quoi l’éducation thérapeutique d’un(e) IDE aiderait un patient un patient âgé atteint de diabète de type 2 à résoudre ses problèmes d’inobservance thérapeutique?

J’ai choisi ce sujet suite à une situation rencontrée en stage : j’ai dû prendre en charge une patiente inobservante face à son traitement.

J’ai donc effectué des recherches via des articles, des livres, des revues, etc.

La méthode utilisée est l’entretien semi-directif avec 4 IDE.

Les résultats ont montré que l’éducation thérapeutique doit être personnalisée, que les soignants doivent être formés sur les différents aspects de la chronicité et l’accompagnement.

Ce travail a mené vers une question de recherche autour de l’adaptation et la personnalisation de l’éducation patient.

Mots clés : L’IDE, la personne âgé, la pathologie chronique, le diabète de type 2, l’inobservance thérapeutique, l’éducation thérapeutique, la relation soignant-soigné



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Bruno vous propose de consulter son travail sur les représentations sociales en milieu carcéral.


Après un stage infirmier au sein d’une unité de soins en milieu carcéral, j’ai réalisé un travail d’initiation à la recherche portant sur l’impact des représentations sociales lors de la prise en soin de patients détenus.

La problématique suivante est alors mise en évidence : en quoi les représentations sociales des soignants influent-elles sur la relation soignant soigné en milieu carcéral ?

Lors de ce travail, j’ai dans un premier temps effectué des recherches théoriques en lien avec les soins en milieu carcéral et des concepts clés pouvant impacter les soins, et dans un second temps, j’ai réalisé des entretiens auprès de professionnels de santé.

Une hypothèse a émergée de cette étude : si les représentations sociales ont un impact sur la prise en soins d’un patient plus particulièrement dans relation soignant soigné, cet impact est propre à chaque situation, à chaque soignant, et à chaque patient.

Mots clés : milieu carcéral, représentations sociales, relation soignant-soigné, non-jugement



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Voici un article sur la soutenance du travail de recherche du Semestre 6. Cet article n’est qu’une aide et n’est peut-être pas adapté à l’ensemble des Instituts de Formation en Soins Infirmiers.


1- Généralités

Cette soutenance a pour but d’argumenter votre travail écrit, et d’échanger sur le sujet avec des professionnels de la santé. Attention, un certain temps vous est imparti : organisez-vous bien !    

Avant l’oral, préparez-vous et connaissez votre travail de recherche par cœur (ce qui ne devrait pas poser problème après quasiment un an de travail dessus). 

Entrainez-vous, chronométrez-vous pour ne pas dépasser le temps donné (généralement entre 10 et 15 minutes), et essayer de le faire devant de vraies personnes pour savoir si ce que vous dîtes est compréhensible, clair ou non.

Habillez-vous propre (mais avec des habits dans lesquels vous vous sentez à l’aise), coiffez-vous : soyez présentable. N’oubliez pas que le jury doit voir en vous le futur professionnel de santé qu’il va diplômer ou non via la soutenance.  


2- Un exemple de plan

  • ENTRER lorsque vous y êtes invité et dire BONJOUR (ça parait évident, mais avec le stress, la politesse peut vite être oubliée).
  • SE PRESENTER : Donnez votre nom et votre prénom, le thème de votre recherche et le plan de votre soutenance.
  • ERRATUM : Un erratum est souvent nécessaire dans les travaux écrits. Dans celui-ci, vous devez mettre les corrections des fautes d’orthographe s’il y en a, des modifications de phrases, des erreurs de synthaxe, …
  • INTRODUCTION : Reprendre le thème de votre travail de recherche et pourquoi vous avez choisi ce thème, quelles ont été vos motivations pour ce travail, vos objectifs personnels, vos valeurs, …
  • SYNTHESE DE L’ETUDE (de la situation d’appel à la question de départ) : Rappelez votre situation de départ succinctement, mais avec assez d’éléments pour ‘ »poser le décor ». Expliquez ensuite le questionnement qui est issu de cette situation, et la question de départ qui en découle…
  • PÔLE THEORIQUE / CADRE CONCEPTUEL : Expliquez votre cadre conceptuel (pourquoi tel concept, et la définition rapides de quelques uns, et si ces concepts vous ont plutôt éclairé ou au contraire, plus questionné…). Vous pouvez également expliquer les liens que vous avez fait entre les différents concepts.
  • ENQUETE : Vous expliquerez ici quelle méthode vous avez utilisé (entretiens, questionnaires, …) pour votre enquête auprès des professionnels de sante. Faites un retour rapide sur les résultats de cette enquête et une synthèse.
  • PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESE : Expliquez rapidement les différentes questions que vous vous êtes posé après l’analyse de votre cadre conceptuel et vos rencontres avec les professionnels. Citez ensuite votre hypothèse de travail que vous devrez confirmer ou infirmer.
  • ANALYSE CRITIQUE de votre travail : Quelles ont été vos satisfactions et vos limites ? Vos difficultés lors de ce travail, et si vous pouvez, montrez que vous avez poursuivi la réflexion sur votre travail en essayant d’apporter quelque chose de nouveau (article, livre, film,…). Détaillez succinctement ce que cette nouvelle chose apporte à votre travail, et si pour vous, cela confirme ou non votre hypothèse, et votre travail. Si vous avez un point de votre mémoire que vous souhaitez aborder plus particulièrement, vous pouvez le faire dans cette partie. Vous pouvez également développer ici des axes d’amélioration pour votre travail.
  • CONCLURE : En faisant une synthèse rapide de votre travail, et ce que celui-ci vous a apporté d’un point de vue professionnel et personnel. Vous pouvez faire une ouverture sur comment se travail pourrait être continué, et en faisant un lien avec votre projet professionnel. La conclusion peut se terminer par une citation en lien avec votre mémoire.
  • QUESTIONS DU JURY : Le jury peut vous poser des questions sur votre travail, ou peut vous demander de développer des points précis, des concepts qui lui semblent sous ou mal développés,… Cette partie a également pour but de tester vos capacités d’adaptation et de remise en question. En effet, il va peut-être essayer de vous poser des questions déstabilisantes : si vous ne savez pas, dites le clairement et n’essayez pas d’inventer une réponse. Et si le jury vous contredit, alors, essayez d’argumenter pour leur montrer que vous avez raison, ou au contraire, reconnaissez que leur point de vue est intéressant.

3- Quelques conseils supplémentaires

N’oubliez pas le jour J votre convocation et une pièce d’identité. Essayer d‘arriver en avance pour ne pas faire attendre le jury.

Ne mâchez pas de chewing-gum, ayez une attitude d’écoute active, une présence, ne jouez pas avec vos mains et laissez le jury s’exprimer.

Et, chose très importante, ne prenez pas votre téléphone portable avec vous lors de l’entretien : s’il sonne ou vibre, c’est …. comment dire …. foutu ?      

PS : N’oubliez pas d’aller aux toilettes juste avant 🙂


Bon courage à vous tous pour votre soutenance, et l’équipe d’Entraide ESI IDE vous dit un gros MER** !!

L’analyse de pratique professionnelle permet à l’étudiant de se mettre en posture réflexive.



1- Objectif

L’objectif de l’analyse de pratique professionnelle (APP) est d’amener l’étudiant à réfléchir et organiser ses idées en vue de la réalisation d’un travail de fin d’études en dernière année. Chaque situation présentée peut-être potentiellement une introduction à votre TFE (situation de départ, questionnement naïf et question de départ). C’est pourquoi, il est important de comprendre l’enjeu de l’analyse de pratique professionnelle dès le début de la formation. Plus vous pratiquez, plus le schéma sera facile à reproduire en troisième année. La validation des analyses de pratiques professionnelles fait partie des éléments qui permettent l’attribution ou non des ECTS relatifs au stage (UE 5.8). Ceci est développé dans l’article 32 de l’Arrêté du 31 Juillet 2009.


2- Contenu

L’analyse de pratique doit se décliner en plusieurs parties :

– Tout d’abord, vous devez décrire objectivement une situation rencontrée ou une activité vue ou réalisée. N’hésitez pas a présenter au préalable le service, de façon succincte, pour que le lecteur comprenne un minimum le contexte. Pensez à bien conserver l’anonymat des patients évoqués et des différents professionnels.

– Retirez le superflu, ne gardez que ce qui a un réel intérêt pour le questionnement (cela vous permettra d’être concis lors de la rédaction de la situation de départ de votre TFE).

– Ensuite viennent les observations et étonnements. Vous pouvez les classer en fonctions de différents points ou les regrouper par thèmes. C’est vraiment ici que vous expliquez ce que vous avez ressenti, que vous décrivez vos émotions, ce qui vous a posé problème, interrogé, bloqué…

C’est une partie importante centrée sur le questionnement : qu’est-ce-que j’ai fait ? qu’est-ce-que je n’ai pas fait ? Qu’est-ce-que j’aurai du/pu faire ? Pourquoi ?

– Toutes ces questions, dites « naïves » , qui découlent de votre situation pourront vous orienter pour trouver une question de départ à votre TFE, plus complète, afin de traiter l’ensemble des éléments et thèmes que vous voulez aborder.

– Enfin, la dernière partie s’oriente sur les difficultés rencontrées et points à approfondir. Qu’est-ce-qui vous a manqué (connaissances théoriques ou pratiques, technique, expérience, maturité…)? Qu’est-ce-que vous pourriez améliorer dans une situation semblable dans votre carrière, par la suite ?

Cette partie est vraiment la remise en question du soignant : c’est un peu le bilan pour ne plus être pris au dépourvu si la situation se représente.

– Face à chaque difficulté dans le soin, il est important que le soignant se remette en question. En posant par écrit son raisonnement, le soignant développe sa curiosité professionnelle et intellectuelle, et facilite ainsi les raisonnement futur.

– Selon les IFSI, il se peut qu’on vous demande en fin d’analyse si vous vous sentez suffisamment autonome sur l’ensemble de ces activités pour les assurer seul. C’est juste un moyen pour vous de faire un bilan d’acquisition de compétences. Ce n’est pas obligatoire mais cela vous permettra de vous situer dans les attentes des soignants.


3- Exemple (une des façons de faire)

ContexteDécrivez ici le service où vous êtes en stage, le lieu en préservant l’anonymat, le moment et votre avancée dans la formation
QuiDécrivez ici les protagonistes principaux :  
Patient : âge, motif d’hospitalisation/consultation, environnement, traitements significatifs
Entourage du patient (si utile)
Equipe pluridisciplinaire (IDE, AS, Interne, Médecin, Kiné, ESI,…)
Cadre législatif (optionnel)Notez ici les textes de loi en référence avec votre situation
Compétence(s) mobilisée(s)Notez ici les compétences mobilisées par votre situation
Déroulement de l’activité, de la situation rencontréeDécrivez ici la situation ou l’activité vécue. Pour les activités, détaillez pourquoi ; le déroulement chronologique factuel, et toutes les informations que vous jugez nécessaires, les modalités de réalisation (procédure, technique, matériel…).  

Notez également les éléments qui vont préciser vos limites d’actions et de prises de décisions/réactions.
Connaissances mobiliséesNotez ici vos savoirs théoriques, pratiques, relationnels et méthodologiques mobilisés.
Observations et étonnementsPosez-vous ici toutes les questions qui vous sont venues suite à cette situation, tous les étonnements et toutes les informations que vous jugerez nécessaires.
Difficultés rencontrées, points à approfondir et auto-évaluationExpliquez ici tout ce qui a pu vous gêner pour la réalisation et le déroulement de la  situation, et vos lacunes
Mesure(s) corrective(s) envisagée(s)Inscrivez ici ce que vous mettriez en oeuvre, ce que vous changeriez si la situation se représentait à vous. Que modifieriez-vous dans votre pratique quotidienne pour ne pas être confronté de nouveau à ces difficultés.
Une méthode possible….


SOURCES

  • Cours personnels IFSI
  • Portfolio
  • Recueil des principaux textes relatifs à la formation préparant au diplôme d’Etat et à l’exercice de la profession.


Adlina s’est questionnée et a mené à bien son travail de fin d’études sur le sujet de la posture à adopter par les infirmiers lorsqu’ils sont confrontés à la violence des enfants. Ce thème fait suite à un de ses stages en psychiatrie infanto-juvénile.


Associer violence et soins peut sembler invraisemblable et pourtant depuis quelques années, la violence ne cesse d’augmenter dans les services de soin. Ce sujet m’est apparue concrètement en dernière année d’école d’infirmière. En effet, mon mémoire de recherche est issu d’une réflexion personnelle due à une situation vécue en psychiatrie infanto- juvénile. J’en ai déduit une question de départ : en quoi la violence des enfants envers les infirmiers a-t-elle un impact sur la posture professionnelle ? À partir de cette interrogation, j’ai pu explorer trois grands concepts : la pédiatrie, la violence et la posture professionnelle. Cette réflexion s’est fait à l’aide de nombreuses lectures et recherches. Celles- ci ont été enrichies par la réalisation d’un entretien auprès d’une infirmière travaillant aux urgences pédiatriques. Ce travail a montré qu’en cas de violence, de nombreux facteurs doivent être pris en compte pour comprendre l’impact sur la personne touchée mais aussi les causes. De plus, il m’est apparue que notre posture va elle aussi influencer les situations que nous rencontrons vers la violence ou une relation de confiance.

Mots clés : agressivité, violence, enfants, posture professionnelle



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Anaïs vous propose son travail de fin d’études sur le sujet de la réflexivité, sur le questionnement et la remise en questions des pratiques professionnelles des soignants. Son travail a reçu une note globale de 15/20 en Juillet 2020.


Ce mémoire de fin d’étude aborde les points essentiels pour une pratique soignante de qualité : le questionnement et la remise en question de nos pratiques professionnelle. Cela est indispensable pour prendre en soin un patient de manière singulière, adaptée, pertinente et juste. Durant mes études, j’ai pu apercevoir que chaque situation est propice à un questionnement, à une analyse des pratiques et que ceux-ci sont indispensables pour la faire évoluer. Ainsi, il a été évident que j’évoque ce sujet car il me tient à cœur de partager cette réflexion. Notamment, car je pense qu’un questionnement collectif est plus approfondi. En effet, chacun d’entre nous détient des qualités, des idées, des expériences pouvant permettre d’étayer nos savoirs, savoirs faire et savoirs être. Ce travail, s’appuie sur des lectures, des recherches, des visionnages d’interview et des partages d’expériences permettant de répondre à la question de départ. Cependant, il a été difficile de trouver des textes évoquant certains concepts, et mes recherches ont été fastidieuses de par le contexte de crise sanitaire ; ne pouvant me rendre à la bibliothèque.

Mots clefs : Questionnement professionnel, Equipe, Remise en question de nos pratiques professionnelles, Analyses des pratiques.



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Les Soins de Suite et de Réadaptation ont pour objet de réduire ou prévenir les conséquences fonctionnelles, physiques, cognitives, psychologiques ou sociales des différentes maladies rencontrées. Ils assurent des missions de soins médicaux, curatifs ou palliatifs, de la rééducation & réadaptation, et de réinsertion. Le travail se fait selon 5 dimensions : limitation des handicaps physiques; la restauration somatique et psychologique; l’éducation du patient et de son entourage; la poursuite et le suivi du traitement; la préparation à la sortie et à la réinsertion



Population essentiellement rencontrée

Vous pouvez rencontrer des patients de tous les âges. Des SSR spécifiques existent également (cardiologie, orthopédie, pédiatrie,…).


Équipe professionnelle essentiellement rencontrée

  • Médecin
  • Interne / Externe
  • Infirmier(e) Diplômé(e) d’Etat
  • Aide-Soignant(e)
  • Diététicien(ne)
  • Kinésithérapeute

Cette liste est non exhaustive. Vous pouvez rencontrer, selon les services et habitudes de service, d’autres professionnels de santé, des agents des services techniques…


Soins essentiellement rencontrés

  • Mesure des paramètres vitaux
  • Électrocardiogramme
  • Ponction veineuse
  • Pansements simples et complexes
  • Aérosolthérapie
  • Pose et surveillance de voie veineuse périphérique
  • Réalisation d’entrée et sortie du patient
  • Education thérapeutique patient
  • ECBC / ECBU / Coproculture
  • Surveillance des drains
  • Soins sur chambre à cathéter implantable

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux soins rencontrés.


Traitements essentiellement rencontrés

  • Antalgiques
  • Anticoagulants
  • Diurétiques
  • Antibiotiques

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux traitements rencontrés


Pathologies essentiellement rencontrées

  • Suites post-opératoires
  • BPCO
  • Affections du système nerveux (SEP, AVC, Parkinson, SLA)
  • Suivi d’amputation
  • Cardiopathie
  • AOMI
  • Asthme

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principales pathologies rencontrées.


Prérequis

  • Connaissances anatomiques et physiologiques des grands systèmes (respiratoire, cardiovasculaire, rénal, osseux, …)
  • Connaissance des différentes pathologies énoncées et des abords chirurgicaux (postérieur, antérieur, ….)
  • Connaissance des traitements
  • Connaissance des précautions standard et complémentaires en hygiène
  • Connaissance des gestes d’urgence

Dans tous les cas, l’ensemble de ces notions seront présentes tout au long de votre stage. Ces quelques conseils vous permettront seulement d’être un peu plus à l’aise lors du début de votre stage. N’hésitez pas à interpeller les professionnels de santé s’il y a des choses que vous ne comprenez pas ; mais essayez également de rechercher par vos propres moyens à l’aide des différents outils (ou ressources) à votre disposition dans le service. Nous vous souhaitons un très bon stage.


Morgane vous propose de consulter son travail de fin d’étude sur l’accompagnement à la fin de vie du patient et de son entourage ainsi que la gestion des émotions des soignants.


Au regard de l’augmentation des maladies chroniques, les soignants seront probablement confrontés, au cours de leur carrière professionnelle, à prendre en soin des patients se trouvant dans un contexte de fin de vie. Cette proximité avec la mort peut s’avérer être une étape difficile autant pour la personne soignée que pour le soignant accompagnant. J’ai moi-même été confrontée à mes propres émotions, au cœur d’une situation de fin vie. Je me suis alors questionnée sur la place des émotions du soignant, ainsi que sur la façon dont celles-ci peuvent interférer dans la relation et le processus d’accompagnement d’un patient en fin de vie et de ses proches. Cette réflexion a constitué le point de départ de mon travail de recherche.

Par la suite, j’ai abordé des concepts clés tels que l’accompagnement, la gestion des émotions, l’intelligence émotionnelle et la « juste » distance professionnelle. Les entretiens réalisés sur le terrain auprès de deux infirmières ont fait ressortir l’importance de l’expérience et d’une bonne connaissance de soi-même pour parvenir à une meilleure maîtrise de nos émotions au travail. Cela m’a permis de rédiger une hypothèse de recherche. En tant que future professionnelle, il est essentiel de parvenir à gérer ses maux et ce travail m’a aidé à le comprendre et à connaitre les ressources pour atteindre cette maîtrise.

Mots clés : accompagnement, fin de vie, émotions, juste distance professionnelle, expérience, connaissance de soi.



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Jade, IDE depuis Juillet 2016 a fait son travail de recherche sur le thème de la relation soignant-soigné et le patient pédophile. Voici son résumé.


Ce Travail de fin d’études est l’aboutissement d’une réflexion qui chemine depuis ma première année de formation. En effet, c’est durant le deuxième semestre, lors d’un stage en soins de suite et de réadaptation (SSR) que j’ai rencontré quelques difficultés à prendre en charge un patient auteur d’agressions sexuelles sur mineur. J’ai donc souhaité travailler autour de la relation soignant-soigné avec les patients pédophiles en établissement de soins. Cette situation a suscité en moi la question suivante : en quoi la relation soignant-soigné est-elle impactée quand le patient est pédophile? Pour cela, j’ai réalisé cinq entretiens semi- directifs dans divers services de soins. Je les ai ensuite analysés selon la méthode clinique en respectant le caractère singulier et qualitatif de ceux-ci. Le recueil de données m’a permis d’avoir une vision différente de la prise en charge soignante, j’ai pu constater que ces situations ne laissaient pas indifférents les soignants quels que soient leur lieu d’exercice, leur âge et leur expérience. J’ai réellement senti qu’avec ce sujet je touchais un point sensible, que les soignants semblaient mal à l’aise à l’idée d’en parler.

Mots-clés : Relation soignant-soigné, infirmière, soin, patient, pédophilie.



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES