Floriane vous propose de consulter son mémoire sur un thème très paradoxal : vivre la mort, quand expériences et représentations influencent nos prises en charge.


Maurice ABIVEN, médecin humaniste français et créateur de la première unité de soins palliatifs en France, explique que « Le contact permanent avec des crises qui se succèdent et se côtoient dans un même lieu n’est pas sans incidence pour le soignant.». Il questionne également le lecteur : « Peut-on travailler sans souffrir dans un lieu où l’on ne cesse de mourir ? sans vivre ses propres crises ? sans finalement se transformer ? […] Comment chacun concilie-t-il son idéal avec ses limites et celles de l’institution ? Quel rôle jouent les motivations, les idéologies dans la façon de gérer cette souffrance ?». Le « contact » répété ou non à la mort constitue une expérience et l’idéal n’est autre qu’une représentation. Le terme « se transformer » exprime clairement un changement, une influence chez le soignant qui se répercutera tôt ou tard dans sa prise en charge du patient.

Mots clés : soins palliatifs, morts, décès, accompagnement, infirmier, oncologie, …

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Christelle vous propose de consulter son travail de recherche du positionnement des étudiants en stage. Voici un résumé.


En raison d’expériences marquant mon parcours de formation, ce travail de fin d’études propose d’aborder la problématique du positionnement professionnel des étudiants infirmiers au sein des équipes soignantes. J’ai pu me rendre compte qu’il était parfois complexe pour les étudiants en soins infirmiers de se positionner face à des situations durant leurs stages. Ce constat m’a alors amenée à me demander : dans quelle mesure l’étudiant en soins infirmiers a-t-il le droit de se positionner face à une équipe ?

Afin de répondre à cette question, j’ai choisi de séparer mon travail en deux phases distinctes. Une exploration du sujet et des définitions qui y sont associées a permis de faire émerger les thématiques précises abordées lors de la phase d’approfondissement. Ma réflexion s’est nourrie de l’analyse d’entretiens libres et semi-directifs menés auprès de plusieurs infirmiers, d’une cadre de santé et d’une étudiante. De nouvelles recherches théoriques ont guidé ma réflexion et alimenté ces entretiens.

Au cours de ma recherche, différentes thématiques ont pu être abordées quant au droit et à la légitimité de l’étudiant à prendre position au sein d’une équipe. Ont aussi été explorés les différents facteurs influençant le positionnement, tels que le bilan de stage, ainsi que les sujets sur lesquels il est le plus à même d’être entendu et accepté par l’équipe. Ma réflexion a aussi pu m’amener à étudier l’intérêt du nouveau programme et de la pratique réflexive qu’il encourage dans le développement du positionnement de l’étudiant.

Mots clés : positionnement professionnel, étudiant infirmier, stage, statut d’étudiant, pratique réflexive, bilan de stage, …

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Marguerite vous propose de consulter son travail de recherche sur le thème du retentissement des mauvaises odeurs sur la posture soignante.

Depuis notre naissance, les cinq sens nous construisent. Ils nous permettent de faire davantage connaissance avec le monde qui nous entoure, de nous adapter, mais aussi de nous prévenir du danger que peut représenter l’extérieur. Ils fonctionnent en complémentarité : la vue, l’ouïe, le toucher, le goût et l’odorat. Je me suis intéressée plus particulièrement au sens de l’odorat. Selon André Holley « L’odorat suscite à la fois méfiance et fascination. C’est qu’il s’exerce dans les fonctions que les êtres humains partagent le plus avec les animaux, comme la prise de nourriture et la reproduction ». Cela montre que l’odorat est un sens primitif. Cependant, il est de moins en moins développé. Aujourd‘hui, notre société se débarrasse d’odeurs et en invente d’autres dans le but de masquer ou de faire oublier certaines mauvaises odeurs. Pourtant, elles sont difficilement qualifiables et distinguables les unes des autres.

Dans les pratiques infirmières, j’ai observé au cours de mes stages qu’il n’était pas toujours évident de parler des odeurs, ni agréable de les sentir, cela dit, les odeurs peuvent nous donner des informations. La question des odeurs est rarement abordée ouvertement par les soignants, mais les qualificatifs que j’ai pu relever et qui reviennent le plus souvent lorsque l’odeur est forte sont «pourriture», «de mort», «prenante», «écœurante», «répulsive» et « nauséabonde ». Par conséquent, les odeurs désagréables peuvent être un frein à la qualité des soins et à la relation entre les soignants-soignés.

Mots clés : posture infirmière, mauvaises odeurs, mécanismes de défense, bienveillance, dignité,…

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Catherine vous propose de lire son travail de recherche sur le thème de la posture relationnelle en fonction de la vulnérabilité du soignant.


La véritable victoire, c’est encore de se poser la question. La posture relationnelle se veut souvent incertaine au regard d’un métier de l’humain fait d’incertitudes et d’émotions. C’est dans la continuité de ceci que le questionnement autour de la vulnérabilité du soignant et de la posture sous-tendue prend sens. Il n’existe pas de réponses types au regard d’un soignant et d’un patient, à la fois si différents et si proches.

De ce fait, nous nous sommes demandés en quoi la conscience de sa propre vulnérabilité par le soignant influe t’elle sur la posture professionnelle dans la relation de soin. Les recherches et les échanges entrepris lors de l’élaboration de ce travail de fin d’étude ont en ce sens apporté des axes de réflexion dans le but ultime non pas de trouver une réponse figée mais de toujours chercher à comprendre afin que la relation de soin reste avant tout une relation authentique.

Au regard de la réflexion portée par ce mémoire, l’approche relationnelle se veut différente, toujours dans un espoir de maitrise émotionnelle, beaucoup moins dans une idée de contrôle relationnel.

Mots clés : vulnérabilité, conscience, posture, relation de soin, maitrise émotionnelle.

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Sarah vous propose de consulter son travail de recherche sur un sujet qui lui tient à coeur et qui se retrouve de plus en plus au centre du métier d’infirmier : la considération de l’humain dans les soins. Les concepts de déshumanisation des soins, projets de soins personnalisés, prise en soin… sont abordés dans ce TFE.


Au regard de l’évolution du système hospitalier et du contexte de soins actuel, l’infirmier doit faire face à de nombreux changements.

En partant d’une situation vécue en stage, ce travail de fin d’études aborde une notion essentielle à la profession infirmière : la place qu’occupe l’humain au sein des soins. La question de départ : « En quoi un projet de soin personnalisé peut-il aider l’infirmier à recentrer sa prise en charge sur l’humain, auprès d’une personne atteinte d’une pathologie chronique au sein d’un service de médecine ? » m’a permis d’étudier trois concepts que sont l’humain, le projet de soins personnalisé et la prise en charge.

Par la suite, j’ai pu confronter ces concepts à la réalité du terrain par le biais de deux entretiens exploratoires. Il ressort de ces derniers que les conditions de travail de l’infirmier ont un impact à la fois sur ses émotions et sur sa prise en soin.

En prenant en compte cela, ma recherche peut se poursuivre en s’interrogeant ainsi : « En quoi la qualité de vie au travail de l’infirmier impacte-t-elle la qualité des soins délivrée par ce dernier ? »

Mots clés : Humain, projet de soins, soins individualisés et personnalisés, infirmiers.

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Cathy vous propose de lire son travail de recherche sur les émotions de l’IDE en situation d’urgence. Cet écrit est orienté vers l’influence de l’équipe sur le vécu émotionnel de l’IDE.


J’ai toujours pensé qu’étant préparée, et formée tout au long de sa carrière à la gestion de situations d’urgence, l’infirmière devait parfaitement maîtriser ses émotions. En effet, l’objectif est clairement défini : être rapide et efficace pour stabiliser le patient, souvent au détriment de la réflexion ou des émotions qui sont perçues comme un frein à l’efficience.

Partie d’une situation de départ survenue au cours d’un stage en unité de Réanimation, où j’ai participé à un massage cardiaque, je me suis questionnée sur la place des émotions et leur influence sur la pratique de l’infirmière en situation d’urgence.

Des entretiens comparatifs auprès d’infirmières exerçant au sein de divers services à plus ou moins forte prévalence de situations mettant en jeu le pronostic vital des patients, ont permis de démontrer que certains facteurs influencent la gestion émotionnelle et l’adoption des mécanismes adaptatifs chez l’infirmière en situation d’urgence, notamment l’équipe soignante.

Mes recherches autour de concepts en psychologie sociale m’ont permis de déduire que le fonctionnement hiérarchisé et coordonné de l’équipe soignante apparaît comme un élément indispensable au bon déroulement de la situation d’urgence. Le leader occupe donc une place primordiale car il demeure le garant d’un climat émotionnel positif. Pourtant, il peut transmettre une émotion négative contaminant l’infirmière, et altérant sa capacité d’agir.

Mots clés : Situation d’urgence, émotions, dynamique d’équipe, réanimation, infirmière

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Stéphanie vous propose de consulter son travail de recherche sur l’intimité lors des soins.


Ce mémoire traite de l’intimité dans les soins. Lors de mon stage du semestre cinq dans un service de médecine, j’ai pu voir des infirmières réaliser des soins comme : mettre et retirer une perfusion, faire une injection, prendre une tension ou vérifier une glycémie capillaire la porte de la chambre ouverte. Ceci m’a choquée car nous devons fermer la porte lors de la réalisation d’un soin auprès d’un patient. J’ai choisi de traiter ce sujet à cause du manque du respect de l’intimité, la dignité et la confidentialité des soins. L’analyse de ma situation initiale m’a permis de poser la question de départ suivante : « Quels facteurs influencent le non-respect de l’intimité, de la dignité et de la confidentialité des soins ? ».

Pour répondre à la question j’ai mené une revue de littérature en lisant de nombreux articles. Après l’analyse, j’ai réalisé trois entretiens dans différents services hospitaliers. Un dans un service de chirurgie, un dans une unité de soin de longue durée et le troisième dans un EHPAD. Les données collectées m’ont mené à la question de recherche suivante : « En quoi, le respect de l’intimité influence-t-il la relation de confiance entre l’infirmière et le patient ? ».


J’ai effectué quelques lectures pour y répondre, mais pour répondre vraiment à la question je déciderais de réaliser d’autres entretiens. Je choisirais six ou huit infirmières anciennes ou nouvelles diplômée, dans des services de court séjour. Ces entretiens seraient menés à l’aide d’un guide d’entretien afin d’obtenir des réponses plus précises.

Ce travail de recherche est important pour comprendre comment nous devons travailler. J’ai pu voir que j’avais une bonne pratique pour instaurer une relation de confiance avec les patients. Cependant, je suis consciente qu’il serait difficile de réaliser tous les soins que nous avons à faire en respectant tout le temps les bonnes pratiques.

Je suis sure que je tenterais de faire mon travail avec le plus de relation de confiance possible car cela est nécessaire à la guérison du patient. J’essaierai donc de fermer les portes pour le reste de ma carrière.

Mots clés : intimité, dignité, confidentialité des soins, relation de confiance entre l’infirmière et le patient.

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

Elora vous propose de consulter son travail sur la gestion et la place des émotions chez un patient suicidant.


La pratique en soins infirmiers s’inscrit dans une prise en charge globale de la personne soignée. Dans ce travail de fin d’études, il s’agit du patient suicidant. La complexité de cette prise en charge repose sur la mise en place d’une relation de confiance entre le patient et l’infirmière sans que les émotions de cette dernière n’influencent la relation soignant-soigné. Grâce à ce travail, nous aborderons les notions de tentative de suicide, d’émotions et de travail d’équipe. Ces différents concepts permettront d’apporter des éléments de compréhension par rapport à la situation qui fut utilisée pour ce devoir.


Ce travail de fin d’études est issu d’une situation vécue lors d’un stage de deuxième année en psychiatrie. La confrontation de la situation de départ à l’enquête exploratoire et au cadre référentiel m’ont permis d’aboutir à une problématique et de formuler une hypothèse répondant à la question de recherche : En quoi le travail d’équipe permet-il la gestion des émotions vis-à-vis d’un jeune patient hospitalisé pour tentative de suicide ?

Mots clés : Infirmier(e), Service de Psychiatrie, Relation Soignant-Soigné, Emotion, Travail d’équipe, Tentative de Suicide

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES