Adlina s’est questionnée et a mené à bien son travail de fin d’études sur le sujet de la posture à adopter par les infirmiers lorsqu’ils sont confrontés à la violence des enfants. Ce thème fait suite à un de ses stages en psychiatrie infanto-juvénile.


Associer violence et soins peut sembler invraisemblable et pourtant depuis quelques années, la violence ne cesse d’augmenter dans les services de soin. Ce sujet m’est apparue concrètement en dernière année d’école d’infirmière. En effet, mon mémoire de recherche est issu d’une réflexion personnelle due à une situation vécue en psychiatrie infanto- juvénile. J’en ai déduit une question de départ : en quoi la violence des enfants envers les infirmiers a-t-elle un impact sur la posture professionnelle ? À partir de cette interrogation, j’ai pu explorer trois grands concepts : la pédiatrie, la violence et la posture professionnelle. Cette réflexion s’est fait à l’aide de nombreuses lectures et recherches. Celles- ci ont été enrichies par la réalisation d’un entretien auprès d’une infirmière travaillant aux urgences pédiatriques. Ce travail a montré qu’en cas de violence, de nombreux facteurs doivent être pris en compte pour comprendre l’impact sur la personne touchée mais aussi les causes. De plus, il m’est apparue que notre posture va elle aussi influencer les situations que nous rencontrons vers la violence ou une relation de confiance.

Mots clés : agressivité, violence, enfants, posture professionnelle



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

La psychiatrie est une spécialité médicale qui traite et prend en charge la maladie mentale. Il existe des soins en hospitalisation complète (intra-hospitalier), mais aussi des soins extra-hospitaliers, sur les Centres Médico-Psychologiques, les hôpitaux de jour, les CATTP.



Population essentiellement rencontrée

Vous pouvez rencontrer des patients de tous les âges à partir de 15 ans et 3 mois. Avant cet âge là, les patients seront pris en charge dans un service de pédopsychiatrie.


Équipe professionnelle essentiellement rencontrée

  • Psychiatre
  • Interne
  • Externe
  • Infirmier(e) Diplômé(e) d’Etat
  • Aide-soignant(e)
  • Cadre de santé
  • ASHQ
  • Psychologue
  • Assistant(e) social(e)
  • Secrétaire médical(e)
  • Ergothérapeute
  • Kinésithérapeute
  • Diététicien

Cette liste est non exhaustive. Vous pouvez rencontrer, selon les services et habitudes de service, d’autres professionnels de santé, des agents des services techniques…


Soins essentiellement rencontrés

  • Accueil des patients
  • Implication des familles dans la prise en charge
  • Entretiens médicaux
  • Entretiens infirmiers
  • Activité thérapeutique
  • Gestion de l’agressivité et de la violence
  • Sortie du patient
  • Ponction veineuse
  • Injection intramusculaire
  • Mise en place de contentions physiques
  • Administration des traitements
  • Éducation thérapeutique
  • Electrocardiogramme
  • Mesure des paramètres vitaux

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux soins rencontrés.


Traitements essentiellement rencontrés

  • Neuroleptiques
  • Anxiolytiques
  • Antidépresseurs
  • Correcteurs de neuroleptiques

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux traitements rencontrés


Pathologies essentiellement rencontrées

  • Schizophrénie
  • Troubles bipolaires
  • Dépression / Mélancolie
  • Psychoses
  • Etats limites
  • Troubles du comportement
  • Anorexie / boulimie
  • Potomanie
  • Angoisses majeures
  • Troubles suicidaires
  • Conduites addictives

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principales pathologies rencontrées.


Prérequis

  • Avoir des notions sur les différentes pathologies psychiatriques
  • Connaître les principales catégories de traitements médicamenteux utilisés en psychiatrie (anti psychotiques, antidépresseurs, correcteurs des effets secondaires, …)
  • Savoir se remettre en question professionnellement, notamment par rapport à la façon de s’adresser à un patient en milieu psychiatrique
  • Connaître les différents types d’hospitalisation et leur réglementation (SPI, SPDT, SPDRE, SPL…)
  • Connaître la réglementation concernant les contentions physiques

Dans tous les cas, l’ensemble de ces notions seront présentes tout au long de votre stage. Ces quelques conseils vous permettront seulement d’être un peu plus à l’aise lors du début de votre stage. N’hésitez pas à interpeller les professionnels de santé s’il y a des choses que vous ne comprenez pas ; mais essayez également de rechercher par vos propres moyens à l’aide des différents outils (ou ressources) à votre disposition dans le service. Nous vous souhaitons un très bon stage.


La pédopsychiatrie est une spécialité de la psychiatrie consacrée à la prise en charge globale d’enfants et d’adolescents atteints de troubles psychiques et/ou psychiatriques. Cette spécialité est divisée en différentes structures de soins: unités d’hospitalisation à temps plein (enfants, adolescents, mère-bébé), des structures de jour (hôpitaux de jours, CATTP…), des unités d’urgences, et les structures de prise en charge ambulatoire (CMPP).



Population essentiellement rencontrée

Prise en charge d’enfants et d’adolescents : de quelques semaines à 18 ans. (Il existe généralement différentes unités selon l’âge dans les établissements).


Équipe professionnelle essentiellement rencontrée

  • Pédopsychiatres
  • Internes
  • Pédiatres / médecins généralistes
  • Infirmier(e) Diplômé(e) d’Etat / Puéricultrice
  • Éducateur(trice) Spécialisé(e) jeunes enfants
  • Aide-soignant(e)
  • Assistant(e) social(e)
  • Psychologue
  • Orthophoniste
  • Cadre de santé

Cette liste est non exhaustive. Vous pouvez rencontrer, selon les services et habitudes de service, d’autres professionnels de santé, des agents des services techniques…


Soins essentiellement rencontrés

  • Accueil des patients et de sa famille
  • Réalisation d’entretiens d’aide et d’entretiens thérapeutiques (patients et parents)
  • Administration de thérapeutiques (neuroleptiques, antibiotiques, antiépileptiques,…) et surveillance des différents effets indésirables
  • Repérage et analyse des besoins du patient
  • Fonction d’observation et d’analyse clinique
  • Education thérapeutique
  • Accompagnement des patients dans les actes de la vie quotidienne
  • Elaborer et mettre en place des médiations thérapeutiques (art-thérapie, psychomotricité, musique, cuisine, …)
  • Accompagner vers l’autonomisation et la socialisation
  • Anticiper et traiter les situations d’agressivité et de violence / techniques d’apaisement
  • Mettre en œuvre les protocoles de soins prescrits
  • Co-élaboration de projets de soins individualisés
  • Surveillance du développement psychomoteur et psychoaffectif de l’enfant
  • Injection intramusculaire
  • Prélèvement veineux

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux soins rencontrés.


Traitements essentiellement rencontrés

  • Neuroleptiques
  • Anxiolytiques
  • Hypnotiques
  • Antalgiques
  • Correctifs des neuroleptiques

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux traitements rencontrés


Pathologies essentiellement rencontrées

  • Troubles de la personnalité
  • Pathologies limites
  • Troubles névrotiques
  • Troubles de la relation parents/enfant
  • Troubles du langage et des apprentissages
  • Conduites addictives
  • Phobies scolaires
  • Psychoses (dysharmonies évolutives…)
  • Troubles du comportement
  • Autisme
  • Troubles du comportement alimentaire
  • Conduites suicidaires
  • Dépression
  • Hyperactivité / déficit de l’attention
  • Troubles envahissants du développement
  • Troubles thymiques

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principales pathologies rencontrées.


Prérequis

  • Connaissance du développement psychomoteur, psychoaffectif et du langage de l’enfant
  • Connaissance des différentes pathologies énoncées, et différenciation névrose / psychose / états limites
  • Connaissance des principaux traitements neuroleptiques
  • Savoir ce qu’est un entretien d’aide thérapeutique
  • Avoir conscience que la relation n’est pas celle habituelle (soignant/soigné) mais que celle-ci inclus les parents (triade relationnelle)

Dans tous les cas, l’ensemble de ces notions seront présentes tout au long de votre stage. Ces quelques conseils vous permettront seulement d’être un peu plus à l’aise lors du début de votre stage. N’hésitez pas à interpeller les professionnels de santé s’il y a des choses que vous ne comprenez pas ; mais essayez également de rechercher par vos propres moyens à l’aide des différents outils (ou ressources) à votre disposition dans le service. Nous vous souhaitons un très bon stage.


Voici le vocabulaire professionnel en ce qui concerne la psychiatrie. Vous trouverez les termes importants associés à une définition simple.



A

  • Aboulie : Diminution/disparition de la volonté, incapacité à prendre des décisions, à choisir.
  • Anhédonie : Incapacité pour le sujet de ressentir des émotions positives, du plaisir.
  • Acrophobie : Peur de ce qui en hauteur, de ce qui est élevé.
  • Addiction : Dépendance physique ou psychique à une drogue.
  • Affect : Se définit comme un ensemble de comportements observables qui expriment un état émotionnel.
  • Agitation : augmentation de l’activité motrice, de façon non ordonnée, associée à de l’agressivité, de la colère, de la turbulence…
  • Agnosie : Incapacité à reconnaître les objets d’après leurs qualités bien que les fonctions sensorielles soient intactes.
  • Agoraphobie : Peur de la foule et des espaces ouverts.
  • Agressivité : Elle peut être positive (qui a pour but d’obtenir des résultats positifs, une affirmation de soi, une agressivité constructive), ou négative (destructive, hostile, allant dans le sens de la désagrégation, désintégration, avec une attaque des autres mais aussi de soi-même).
  • Algomanie : Recherche pathologique de la douleur.
  • Amnésie : Perte de la mémoire qui peut être partielle ou totale, permanente ou transitoire.
  • Angoisse : Ensemble de sentiments et de phénomènes affectifs caractérisés par une sensation interne d’oppression et de resserrement et par la crainte réelle ou imaginaire d’un malheur grave ou d’une grande souffrance devant lesquels on se trouve démuni et impuissant.
  • Anorexie : Perte d’appétit
  • Anorexie mentale : Trouble névrotique, qui entraîne une privation alimentaire stricte et volontaire, un refus de la nourriture, pourtant conduire à un amaigrissement mettant en jeu le pronostic vital de la personne.
  • Anxiété : Etat émotionnel de tension nerveuse, de peur, mal différencié et souvent chronique.
  • Apathie : Etat d’indifférence aux émotions, insensibilité, absence de désir, manque d’intérêt
  • Aphasie : Perte partielle ou totale de la capacité à parler, ou de comprendre le langage écrit ou parlé.
  • Apragmatisme : Incapacité à entreprendre des actions, à réaliser des projets.
  • Apraxie : Incapacité à effectuer un mouvement ou une série de mouvements volontaires, alors que les fonctions musculaires sont préservées.
  • Astasie : Difficulté ou impossibilité de garder la station debout sans pour autant qu’il y ai une atteinte musculaire.
  • Ataxie : Mauvaise coordination, ou manque de coordination fine des mouvements volontaires.
  • Athymhormie : Perte de l’élan vital et de l’affectivité
  • Autolyse : Comportement autodestructeur conduisant à la mort.

B

  • Barrages : Interruption du discours (souvent accompagnée de l’interruption de l’action en cours) et reprise tout aussi inexplicable. Ceci concerne essentiellement les psychoses.
  • Bipolarité : C’est la survenue dans le temps d’une répétition de syndromes dépressifs et ou maniaques.
  • Borderline (ou état limite): Qui se situe dans un état limite entre le normal et le pathologique, entre la névrose et la psychose. Cette organisation pathologique est caractérisée par une instabilité et des passages à l’acte (auto-agressifs). La relation par rapport aux autres est instable.
  • Bouffée délirante aigüe : survenue brutale, sans antécédent psychiatrique, d’un délire dont les thèmes et mécanismes sont riches et variés. Le syndrome délirant, la perturbation de l’humeur et l’altération de la conscience (confusion) sont les trois types de troubles permettant le diagnostic de BDA.
  • Boulimie : Rapport pathologique à la nourriture. Ingestion excessive d’aliments, de façon répétitive et durable, et à n’importe quel moment.
  • Bradyphémie : Lenteur du rythme verbal.
  • Bradypsychie : Ralentissement du cours de la pensée, avec appauvrissement de la pensée centrée plus particulièrement sur une idée.

C

  • Cachexie : Maigreur extrême avec un affaiblissement grave de l’état général, mettant en jeu le pronostic  vital à court terme (sous alimentation, anorexie,…)
  • Cacophagie : Action pathologique de manger des choses incomestibles.
  • Catatonie : Syndrome psychiatrique s’exprimant à la fois au niveau psychique et moteur. Sans cause organique, absence totale de réaction aux stimulations extérieures, immobilité totale, mutisme,…
  • Clinomanie : Manie de rester couché.
  • Clinophilie : Comportement pathologique d’une personne restant couchée en permanence ou pour une durée anormalement longue.
  • Compulsion : Force intérieure par laquelle le sujet est amené à accomplir certains actes et à laquelle il ne peut résister sans angoisse.
  • Confusion : Syndrome psychique caractérisé par une dissolution plus ou moins complète de la conscience.
  • Coprolalie : Emission importante de mots grossiers.
  • Coq à l’âne : Passer d’une expression à une autre sans qu’il y ai de lien entre elles. (Surtout dans la Schizophrénie).
  • Cyclothymie : Trouble de l’humeur au cours duquel des périodes d’exaltation /euphorie et des périodes de désespoir /dépression se succèdent.

D

  • Décompensation : Désigne une crise d’origine psychiatrique, lorsqu’un individu n’arrive plus à se contrôler, et entre dans une crise potentiellement violente.
  • Délire : Perturbation globale, réversible ou non, aiguë ou chronique, du fonctionnement de la pensée. Ensemble d’idées et de croyances, sans rapport à la réalité et se caractérisant par des thèmes, des mécanismes, ordonnées ou non.
  • Dépersonnalisation : Symptôme dissociatif. Sentiment d’étrangeté, de perte du sens de soi-même, avec une perte de contact avec le réel. Le patient ne possède aucun contrôle sur la situation (psychose).
  • Dépression : Etat psychique pathologique associant une modification de l’humeur et un ralentissement de l’activité intellectuelle et motrice.
  • Déréalisation : Perte du rapport avec le réel. (psychose)
  • Dissociation : Se traduit par la perte de cohésion des associations d’idées, par l’incohérence de la pensée, le caractère insolite et bizarre de l’action et par l’ambivalence de l’affectivité.
  • DSM : Initiales du manuel de référence classifiant les troubles mentaux, Diagnostic and Statistical Manuel of Mental Disorders.
  • Dyskinésie : Mouvement anormal, perturbation de la coordination des mouvements, …
  • Dyslogie : Trouble du langage et du raisonnement dû à une altération des facultés intellectuelles.
  • Dysphorie : Etat de malaise douloureux (opposé à l’euphorie)
  • Dysthymie : Perturbation de l’humeur.

E

  • Echolalie : Répétition du ou des derniers mots entendus par le sujet.
  • Erotomanie : Illusion délirante d’être aimé.

F

  • Fantasme : Manifestation consciente ou inconsciente, d’un désir ou encore une fixation mentale pouvant conduire, dans certains cas, à des actes excessifs.
  • Frustration : Etat de tension émotionnelle privant l’individu de satisfaction. Réponse émotionnelle à l’opposition.

H

  • Hallucination : Perception sensorielle sans présence d’un stimulus détectable. Elle peut être visuelle, auditive, tactile…
  • Hypermimie : Mimiques émotives exagérées, visage très expressif, très mobile.
  • Hypochondrie : Etat dans lequel le sujet est en permanence inquiet pour sa santé, se croyant atteint d’une maladie…(Névrose)

I

  • Idées fixes : Non, ce n’est pas seulement le chien d’Astérix. Idées qui envahissent le champ intellectuel du sujet qui en a conscience et ne cherche pas à s’en débarrasser. Idée qui s’impose avec persistance.
  • Illusion : Déformation, prise pour exacte d’un objet réel.
  • Impulsions verbales : Emission de mots souvent grossiers.
  • Impulsivité : Difficultés qu’éprouve une personne à se contrôler. Force soudaine, irraisonnée qui pousse à agir.
  • Incurie : Manque important d’hygiène et de soins. Négligence, défaut de soins.
  • Inhibition : affaiblissement, ralentissement, blocage de la fonction physique ou psychique.
  • Instabilité : Incapacité de certains sujets à se fixer dans les mêmes idées, les mêmes sentiments.
  • Instabilité motrice : Qui ne tient pas en place
  • Interprétation : Ensemble des processus correspondant à la compréhension du langage, l’accent étant mis alors sur le fait que chaque individu élabore sa propre version de ce qu’il entend ou lit.

J

  • Jargonophasie : Emploi de mots et de phrases rendant incompréhensible le discours (surtout démences).

L

  • Logorrhée : Débit de paroles très élevé, intarissable.

M

  • Manie : Surexcitation générale et permanente des facultés intellectuelles et mentales. C’est une exaltation de l’humeur.
  • Maniérisme : Langage recherché, compliqué mais artificiel
  • Mégalomanie : Surestime de soi et de ses capacités, avec idée de puissance, de grandeur et de maîtrise des événements.
  • Mélancolie : Psychose caractérisée par l’existence d’une émotion pénible, dépressive, qui domine le sujet.
  • Mutisme : Refus de parler sans cause physique. Il peut être total ou partiel.

N

  • Néologisme : Invention involontaire de nouveaux mots.
  • Névrose : affection psychogène où les symptômes sont l’expression symbolique d’un conflit psychique trouvant ses racines dans l’histoire infantile du sujet et constituant des compromis entre le désir et la défense. (J. Laplanche & J.-B Pontalis)
  • Névrose traumatique : elle est aussi appelée état de stress post-traumatique, et correspond à une réaction pathologique à la suite d’un événement traumatisant pour la personne.

O

  • Obnubilation : Obscurcissement de l’état de conscience, baisse de la vigilance, et ralentissement de la pensée.
  • Obsession : Préoccupation permanente à caractère pénible, désagréable, qui s’impose à tout moment à l’esprit, sans qu’il ne puisse la contrôler.
  • Onirisme : Rêve éveillé, le patient semble le vivre.

P

  • Palilalie : Répétition quasi constante de mots et syllabes.
  • Paranoïa : Délire interprétatif construit sur une perception faussée du réel.
  • Paraphilie : Comportement sexuel caractérisé comme déviant
  • Paraphrénie : Pathologie psychotique chronique caractérisée par des thèmes fantastiques et imaginatifs.
  • Passage à l’acte : Acte impulsif, soudain, et souvent violent envers soi-même, les personnes, les objets,…
  • Perversion : Obtention d’un orgasme autrement que par un « coït normal ». La zoophilie, le fétichisme, le masochisme, la pédophilie… sont des exemples de perversions. La pathologie perverses est dominée par l’amoralité, l’inaffectivité, l’asociabilité et l’impulsivité.
  • Phobie : Peur, crainte très angoissante face à une situation ou un objet. La phobie disparait lorsque l’objet en question n’est plus présent.
  • Planomanie : Envie de quitter son foyer de vie pour vivre sans contrainte.
  • Psychopathie : Personnalité pathologique se manifestant essentiellement par des comportements antisociaux.
  • Psychorigidité : Absence de capacité à s’adapter aux situations nouvelles.
  • Psychose : Pathologie mentale qui se distinguent par une distorsion de la réalité et par une méconnaissance de ses troubles par le patient. Sa personnalité est rigide, fragile et sa capacité d’adaptation aux contraintes de la vie est altérée (voir très altérée).

Q

  • Quérulence : Délire de revendication qui conduit à multiplier les actions judiciaires pour redresser un dommage réel ou fictif. Il y a une amplification démesurée de son préjudice et poursuit indéfiniment celui à qui il en impute la responsabilité.

R

  • Rituels : Actions répétées à des moments précis (compulsion), que la personne ne peut s’empêcher de faire sans angoisser. Elle a une valeur magique, conjuratoire et qui est bien construite et répétitive.

S

  • Schizophrénie : Pathologie psychiatrique chronique qui a pour conséquences des troubles cognitifs, un dysfonctionnement social et comportemental important et une altération de la perception de la réalité (Psychose).
  • Sidération : Etat de mort apparente, immobilisme
  • Stéréotypie verbale : Répétition de mot de façon mécanique sans signification dans la phrase ou le contexte.

T

  • Tachyphémie : Accélération du rythme verbal.
  • Tachypsychie : Précipitation des idées, l’esprit va plus vite que les paroles, fuite des idées.

SOURCES

– BERGERET J. , La violence fondamentale, Durod, Paris, 1984

– Dictionnaire Larousse.

– COURS IFSI MONTLUCON 2010. GM

– www.denistouret.fr/droitsoc/pulsions_fondamentales.htlm

– www.inserm.fr , Anorexie Mentale

– www.universalis.ff

– Le tout en un révisions IFSI, Coordonné par Laurent SABBAH, éditions ELSEVIER-MASSON, 2009


Coralie vous propose de consulter son travail de recherche sur un thème de psychiatrie, et plus précisément sur le lien mère-enfant chez les patientes atteintes de schizophrénie.


Le thème : le lien mère-enfant chez les patientes schizophrènes, est un thème que j’ai pu voir lors de deux de mes stages. La première fois lors de mon stage en maternité et ensuite durant mon stage en psychiatrie. Au cours de mon stage en maternité cette situation ne m’avait pas particulièrement interpellée. Cependant lorsque j’ai revécu cette situation en psychiatrie je me suis rappelée de cette patiente en maternité. C’est à ce moment que j’ai pu me questionner sur ces deux situations. Cette situation m’a interpellée car je n’avais jamais réfléchi à cette possibilité et je n’avais jamais pensé aux faits que les patientes en psychiatrie puissent être enceintes. La deuxième chose qui m’a étonné était le lien que la patiente de psychiatrie avait avec son enfant. Je me suis donc demandé comment cela était possible au vue de l’hospitalisation de la patiente et du placement de son enfant. Ce thème m’est donc venu naturellement. J’ai donc voulu en savoir plus sur le rôle que l’infirmière avait dans la relation qu’une mère schizophrène peut avoir avec son enfant.

Mots clés: Lien Mère Enfant, psychiatrie, Schizophrénie, Santé Mentale



ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES 

LES DIFFÉRENTS MODES D’HOSPITALISATION

EN SOINS PSYCHIATRIQUES

1- GÉNÉRALITÉS

  • Les patients présentant des troubles psychiatriques nécessitant une hospitalisation peuvent être admis au sein d’un établissement délivrant des soins psychiatriques, selon trois modalités d’admission. Chacun de ces trois modes d’hospitalisation possède sa propre singularité tant au niveau des formalités administratives à remplir que de la législation le régissant.
  • Bien que les soins psychiatriques libres (SPL) soient la règle générale, il arrive dans certains cas que des hospitalisations en soins psychiatriques sans consentement soient nécessaires : soins psychiatriques à la demande d’un tiers (SPDT/SPDTU), soins psychiatriques à la demande d’un représentant de l’État (SPDRE).
  •  Un cadre légal très précis encadre les hospitalisations sans consentement puisque cela va permettre à un médecin psychiatre d’hospitaliser un patient contre son gré (mais dans son intérêt) dans un établissement de santé adapté aux troubles présentés.
  • En pédopsychiatrie, ces modes d’hospitalisation n’existent pas, c’est le titulaire de l’autorité parentale qui signe l’admission. Si ce dernier refuse les soins nécessaires, ou en cas de suspicion de maltraitance, le pédopsychiatre peut alors demander une admission grâce à une ordonnance de placement provisoire (OPP).  

 

2- CADRE LÉGISLATIF

  • Loi 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge (Cette loi a réformé de manière importante les modalités d’hospitalisation en soins psychiatriques )
    • Elle réaffirme le principe de consentement aux soins comme étant la règle. Les soins sans consentement doivent rester exceptionnels
    • Elle instaure une période d’observation de 72 heures avant de décider de la suite de la prise en soins sans consentement
    • Un examen somatique doit obligatoirement être réalisé dans les 24 heures suivant l’admission
    • Elle permet une diversification des soins sans consentement (en ambulatoire, à domicile, en consultations, à temps partiel …)
      • Elle renforce les droits ainsi que les libertés individuelles des patients
      • Elle maintient toutefois la procédure d’urgence
    • Un contrôle systématique par le Juge des Libertés et de la Détention est réalisé pour les patients hospitalisés en soins psychiatriques sans consentement
    • Elle met à jour les dénominations des différents modes d’hospitalisation :
      • L’hospitalisation libre → Les soins psychiatriques libres
      • L’hospitalisation à la demande d’un tiers → Les soins psychiatriques à la demande d’un tiers
      • L’hospitalisation d’office → Les soins psychiatriques à la demande d’un représentant de l’État
  • Article L3211-1 à 13 du Code de la Santé Publique relatifs aux droits des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques
  • Article L3212-1 à 12 du Code de la Santé Publique déterminant l’admission en soins psychiatriques à la demande d’un tiers ou en cas de péril imminent
  • Articles L3213-1 à 11 du Code de la Santé Publique déterminant l’admission en soins psychiatriques sur décision du représentant de l’État
  • Article R3211-1 du Code de la Santé Publique relatif aux droits des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques
  • Loi 2013-869 du 27 septembre 2013 modifiant certaines dispositions issues de la loi 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge
  • Décret 2014-897 du 15 août 2014 modifiant la procédure judiciaire de mainlevée et de contrôle des mesures de soins psychiatriques sans consentement

 

3- LES SOINS PSYCHIATRIQUES LIBRES

  • Les soins psychiatriques libres sont la règle et doivent être proposés à tous les patients admis si leur état psychique le permet
  • Ils représentent environ 80% des patients hospitalisés en soins psychiatriques
  • Ils nécessitent l’accord du patient et se déroulent comme lors d’une hospitalisation « lambda », les patients jouissent alors des mêmes droits que lors de toutes hospitalisations dans des services plus traditionnels (Médecine, Chirurgie, Obstétrique,…)
  • Les patients ont conscience de leurs troubles mentaux et de la nécessité d’une hospitalisation en milieu adapté
  • Ils ont la liberté de mouvement et peuvent partir lorsqu’ils le souhaitent, même contre avis médical. Toutefois, si le psychiatre pense que les soins doivent se poursuivre car le patient est en danger, ou bien peut être un danger pour autrui, alors le patient sera hospitalisé sans son consentement.

 

4- LES SOINS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT

  • Les soins sans consentement sont indiqués lorsque le patient présente des troubles mentaux rendant impossible son consentement et que, dans un même temps, son état psychique nécessite une surveillance constante et des soins spécifiques en milieu hospitalier.
  • Il existe deux modalités d’hospitalisation en soins sans consentement : à la demande de tiers et sur décision d’un représentant de l’État.
  • Un dispositif d’urgence existe, ce sont les soins psychiatriques en cas de péril imminent (SPPI)

 

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU TABLEAU RÉCAPITULATIF

5- LE TIERS

  • Le statut de tiers est à différencier du statut de personne de confiance. En effet, le tiers n’est pas désigné par le patient lui-même contrairement à la personne de confiance. Le tiers peut être : un membre de la famille, une personne proche susceptible d’agir dans l’intérêt du patient (curateur, amis, tuteur…)
  • Le rôle de tiers est défini comme tel dans le Code de la Santé Publique : « Lorsqu’une personne n’est pas en mesure de consentir à des soins psychiatriques dont elle a besoin, un parent ou un proche peut établir une demande de soins en sa faveur, par sollicitation d’un médecin. Cette personne devient alors le tiers. »
  • Le tiers formule la demande de soins dans le cas où il constate que l’état psychique de son proche nécessite des soins psychiatriques en établissement hospitalier. La demande doit toujours être accompagnée de certificats médicaux rédigés par des médecins.
  • Ce statut de tiers permet d’avoir des droits concernant l’hospitalisation du patient :
    • suivre son évolution
    • faire respecter ses libertés individuelles
    • être informé de la levée de la fin de l’hospitalisation complète, des dates d’audience chez le Juge des Libertés et de la Détention, des requêtes éventuelles du patient envers le Juge des Libertés et de la Détention pour les hospitalisations supérieures à 15 jours
  • Toute demande d’admission en soins psychiatriques à la demande d’un tiers fait l’objet d’une information au préfet, à la commission départementale de soins psychiatriques ainsi qu’au tribunal de grande instance du lieu de résidence du patient
  • Si aucun tiers n’est disponible ou si les proches refusent ce statut, il existe alors une procédure d’urgence, le patient est alors admis en soins psychiatriques pour péril imminent
  • Les soignants de l’établissement de soins d’accueil ne peuvent pas être considérés comme tiers

 

6- POURSUITE DE LA PRISE EN CHARGE EN SOINS PSYCHIATRIQUES

  • Dans les 24h suivant l’admission, le patient doit avoir un examen somatique complet, un certificat médical doit alors être rédigé
  • Après la période d’observation de 72h, un certificat médical est rédigé et indique la conduite à tenir concernant la poursuite ou non des soins
  • Si les 2 certificats concordent : le psychiatre propose une prise en charge en hospitalisation complète ou une alternative dans le cadre d’un programme de soins.
  • Le programme de soins est un document rédigé par le psychiatre qui définit toutes les modalités de prise en charge hors hospitalisation complète pour un patient hospitalisé sous contrainte : hospitalisation à temps partiel, soins ambulatoires, à domicile, traitements médicamenteux. Le programme de soins peut être modifié à tout moment en fonction de l’état psychique du patient.
  • Les certificats médicaux sont ensuite rédigés à J6, J7, J8 puis une fois par mois.
  • Au delà de 15 jours d’hospitalisation complète sans consentement, le patient rencontre le Juge des Libertés et de la Détention
  • Plusieurs moyens peuvent être mis en place pour mettre fin à une hospitalisation sans consentement 
    • demande du psychiatre sur certificat médical
    • absence de production des certificats médicaux
    • décision du Juge des Libertés et de la Détention
    • demande du tiers dans le cas de SPDT
    • demande de la commission départementale des soins psychiatriques

 

7- FOCUS SUR LE JUGE DES LIBERTÉS ET DE LA DÉTENTION

Le Juge des Libertés et de la Détention ou JLD est un magistrat appartenant au tribunal de grande instance. Le statut fut créé en juin 2000. Il exerce son métier autour de deux compétences principales : la détention provisoire et la protection des libertés individuelles. Depuis la loi du 5 juillet 2011, le contrôle des hospitalisations sans consentement fait partie intégrante de son exercice de juge. Ainsi, le juge va décider de la nécessité du maintien de l’hospitalisation en soins psychiatriques sans consentement pour le patient hospitalisé en fonction des certificats médicaux établis par les psychiatres.

 

Sources :

  • Les nouveaux carnets de stages infirmiers, psy, psychiatrie, pédopsychiatrie, législation, toxicologie, VG éditions par P. Alexeline, J.Laurent, M.P Nyangoh – timoh, M.Acaire
  • Psycom « soins psychiatriques et consentement »
  • Légifrance
  • Cours personnels

Télécharger la fiche

 

LES ANTIDEPRESSEURS

 

1- RAPPELS CONCERNANT L’EPISODE DEPRESSIF MAJEUR

  • L’épisode dépressif majeur (EDM) se définit comme étant un fléchissement durable de l’humeur avec la présence d’une douleur morale importante, d’une inhibition psychique, accompagnés d’idées noires et/ou suicidaires.
  • Les critères permettant son diagnostic sont référencés dans le DSM V (Manuel diagnostique de référence des maladies psychiques)
  • Au moins cinq des symptômes suivants doivent avoir été présents pendant une même période d’une durée de deux semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur; au moins un des symptômes est soit une humeur dépressive, soit une perte d’intérêt ou de plaisir.
    • Humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, presque tous les jours
    • Diminution marquée de l’intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités pratiquement toute la journée, presque tous les jours
    • Perte ou gain de poids significatif en l’absence de régime, ou diminution ou augmentation de l’appétit tous les jours
    • Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours
    • Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours
    • Fatigue ou perte d’énergie tous les jours
    • Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée presque tous les jours
    • Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours
    • Pensées de mort récurrentes, idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider
    • Les symptômes induisent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants
    • Les symptômes ne sont pas imputables aux effets physiologiques directs d’une substance ou d’une affection médicale générale

2- DEFINITIONS ET GENERALITES

  • Les antidépresseurs sont des médicaments capables de corriger les dérèglements dépressifs de l’humeur
  • Ce sont des stimulants psychiques (psychoanaleptiques) mais leur action sélective sur la régulation de l’humeur les distingue des autres stimulants de la vigilance (ex : amphétamines)
  • Schématiquement les antidépresseurs agissent :
    • sur l’humeur triste : action thymoanaleptique
    • sur l’anxiété : action sédative et/ou anxiolytique
    • sur l’inhibition : action psychotonique ou désinhibitrice, diminution de l’inhibition et de l’asthénie pouvant alors favoriser un passage à l’acte autoagressif en début de traitement (levée d’inhibition : c’est le risque de passage à l’acte suicidaire après environ une semaine de traitement, entre le 6ème et le 12ème jour, suite à une brusque inversion de l’humeur. Les symptômes dépressifs sont toujours là mais le patient a retrouvé une force physique suffisante pour passer à l’acte. Les antidépresseurs agissent en premier sur la fatigue et le ralentissement psychomoteur avant d’agir d’un point de vue thymique)

3- PHYSIOPATHOLOGIE

  • L’état de stress favorise la production d’hormones surrénaliennes qui vont entraîner une hausse du taux de glucocorticoïdes. Normalement, il existe un rétrocontrôle qui bloque cette production excessive. Chez les personnes déprimées, il ne fonctionne pas. La production se réalise alors en excès ce qui entraîne une altération des différents systèmes de neurotransmission.
  • La sérotonine, la noradrénaline, la dopamine sont des neurotransmetteurs impliqués dans les processus de la dépression, de l’humeur, de l’éveil ou encore de l’activité motrice.
  • Lors d’un épisode dépressif, ces neurotransmetteurs sont en quantité insuffisante
  • Les antidépresseurs permettent une augmentation du taux de neurotransmetteurs dans les synapses
  • Cette augmentation résulte soit d’une inhibition de la recapture des neurotransmetteurs soit d’une augmentation de leur libération ou encore d’une diminution de la dégradation des neurotransmetteurs
  • On distingue donc les antidépresseurs selon la sélectivité de leur action au niveau des neurotransmetteurs
    • les antidépresseurs imipraminiques ou tricycliques
    • les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)
    • Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)
    • les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSNA)
    • Les antidépresseurs noradrénergiques et sérotoninergiques spécifiques (NASSA)

4- INDICATIONS

  • épisode dépressif majeur caractérisé, d’intensité modérée et sévère
  • prévention des attaques de panique, troubles phobiques
  • troubles obsessionnels compulsifs,
  • psychoses chroniques, évolution des formes déficitaires de la schizophrénie en association avec un neuroleptique incisif par exemple
  • akinésies dans la maladie de Parkinson
  • énurésies, dysthymies et troubles du comportement chez l’enfant
  • algies rebelles neuropathiques ou cancéreuses

5- UTILISATION

    • L’administration est réalisée à des doses progressives,  jusqu’à l’obtention d’une posologie efficace sur une période suffisante afin d’éviter une rechute (4 à 6 mois au minimum)
    • La posologie peut être modifiée en fonction d’une efficacité jugée insuffisante après 15 jours de traitement, de l’apparition d’effets indésirables trop handicapants, de la tolérance par le patient, de son état clinique…
    • L’arrêt du traitement est progressif afin de prévenir et d’éviter un effet rebond ou une rechute, il n’existe pas de dépendance physique. Toutefois, un syndrome de sevrage peut apparaître avec le Deroxat.
    • Le choix de l’antidépresseur se fait en fonction des habitudes du prescripteur, du respect des indications et des contres-indications, des effets indésirables possibles, de l’état clinique et somatique du patient, de l’instauration en ambulatoire ou en milieu hospitalier, de la sévérité de l’épisode dépressif…
    • L’administration se fait le plus souvent per os mais peut aussi se réaliser en intraveineuse avec certaines thérapeutiques et si le besoin d’une efficacité très rapide est nécessaire. Les comprimés sont administrés en 1 à 3 prises quotidiennes en privilégiant les antidépresseurs sédatifs le soir et les psychotoniques le matin.
  • Si le traitement est initié en milieu hospitalier :
      • Les IRSNA sont utilisés en 1ère intention
      • Si après 4 à 8 semaines le traitement est jugé efficace et la réponse complète , il est alors poursuivi entre 6 mois et 1 an à dose efficace puis arrêter progressivement en ambulatoire
      • Si la réponse est insuffisante, alors il y a recours aux tricycliques
      • Si la réponse est toujours insuffisante il pourra alors y avoir recours à l’électroconvulsivothérapie (ou sismothérapie) dans les formes mélancoliques ou si le risque suicidaire est trop élevé
  • Si le traitement est initié en ambulatoire :
    • Les ISRS ou IRSNA seront utilisés en 1ère intention
    • Si la réponse est insuffisante, essai d’une 2nde molécule similaire puis tricycliques
  • Chez les enfants, seule la Fluoxétine a obtenu une autorisation de mise sur le marché en association à une psychothérapie.

6- EDUCATION AU PATIENT 

  • L’éducation thérapeutique peut permettre une amélioration de l’observance chez le patient, elle fait partie intégrante du rôle propre de l’infirmier.
  • Elle peut prendre la forme d’un rappel concernant les processus ayant amenés à l’épisode dépressif majeur, les effets attendus des traitements mis en place, le délai d’action non immédiat, le risque d’apparition d’effets indésirables et la conduite à tenir s’ils apparaissent, les règles hygiéno-diététiques à respecter, l’importance de l’observance du traitement même au-delà de la rémission des symptômes, l’importance d’un suivi régulier avec un professionnel de santé. Le but étant de favoriser le meilleur confort de vie pour le patient prenant un traitement antidépresseur.

7- LES DIFFERENTES CLASSES D’ANTIDEPRESSEURS

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AUX DIFFERENTES CLASSES

 

Sources :

Psychiatrie infirmière, Dr Olive Louis, éditions Frison – Roche

11ème guide pharmaco, collectif Talbert, Willoquet, Gervais, éditions Lamarre

http://www.gemmlearning.com/wp-content/uploads/2013/06/synaptic-pruning-header.jpg

Psychiatrie, mémo stage infirmier, Lim – Sabbah, éditions Elsevier Masson

Cours IFSI du Rouvray

Télécharger la fiche

LES TRAITEMENTS PSYCHOTROPES

1- DEFINITION

  • Les traitements psychotropes sont des substances chimiques agissant sur le Système Nerveux Central (SNC) en induisant des modifications des perceptions, de l’humeur, de la conscience.
  • Ce sont une réponse thérapeutique aux maladies psychiques en complément d’autres moyens.
  • Ils modifient le psychisme soit par leurs propriétés sédatives soit par leurs propriétés stimulantes.

 

2- GENERALITES 

Dans le cerveau, les cellules nerveuses synthétisent des substances appelées neurotransmetteurs (NT) :

  • Dopamine
  • Sérotonine
  • Noradrénaline

Ces NT interviennent dans le fonctionnement normal des neurones mais lorsqu’ils sont en quantité anormalement importante ou insuffisante, ils peuvent entraîner des troubles psychiques. Les médicaments psychotropes modulent les effets des NT en se fixant sur les récepteurs neuronaux. Tous les médicaments n’agissent pas sur les mêmes récepteurs d’où la variabilité des réponses à ces traitements.

 

3- LES 3 GRANDES ENTITES DE PSYCHOTROPES  

Les traitements psychotropes se divisent en trois grandes entités :

  • Les psycholeptiques : sédatifs psychiques, diminuent l’activité mentale (ex : neuroleptiques, hypnotiques, anxiolytiques)
  • Les psychoanaleptiques : excitants psychiques, augmentation de l’activité mentale (ex : antidépresseurs)
  • Les psychodysleptiques : perturbateurs psychiques, perturbation de l’activité mentale (ex : hallucinogènes, morphiniques, alcool…)

 

Sources des images :

http://www.ufcquechoisir-dordogne.org/site-internet-medicaments

https://www.alternativesante.fr/cerveau/neurotransmetteurs-les-autres-hormones-du-bien-etre

 

Télécharger la fiche