La défaillance organique du rein temporaire ou définitive…


1- Rappels anatomiques

Les reins sont au nombre de deux, et sont situés dans la partie postérieure de l’abdomen, de part et d’autre de la colonne vertébrale, sous les dernières côtes. Chaque rein mesure environ 11 cm, de long et est relié à l’artère aorte et à la veine cave inférieure par l’artère et la veine rénale. Le rein a pour fonction de former l’urine en filtrant le sang. L’urine formée est collectée au milieu du rein et s’écoule ensuite par l’uretère jusqu’à la vessie pour y être stockée avant d’être éliminée par le canal appelé urètre.

Les fonctions des reins sont :

  • La filtration/épuration : du sang afin d’éliminer les toxines produites par le fonctionnement normal du corps.
  • L’équilibration : du « milieu intérieur » essentiellement de l’eau et des sels minéraux (sodium, potassium, calcium, bicarbonate, magnésium) ;  régulation de l’équilibre acido-basique
  • La régulation de la pression artérielle : par la production d’hormones et la régulation de la quantité d’eau et de sodium de l’organisme
  • La sécrétion de vitamine D : rôle important dans la minéralisation de l’os et le maintien du taux sanguin de calcium (nécessaire pour la fixation de la vitamine D)
  • La sécrétion d’EPO (érythropoïétine) : qui stimule la production de l’hémoglobine et des globules rouges par la moelle osseuse
  • La fonction endocrinienne

2- Définitions

On distingue deux types d’insuffisances rénales :

  • L’insuffisance rénale aiguë (IRA) = dysfonctionnement transitoire et réversible des reins
  • L’insuffisance rénale chronique (IRC) = destruction progressive et irréversible des reins

3- L’insuffisance rénale aiguë

3.1- Définition

Baisse importante et subite du débit de filtration glomérulaire qui peut durer de quelques heures à quelques jours. Pour cela il faut effectuer un dosage du taux sanguin de créatinine (protéine éliminée normalement par les reins) qui se trouvera fortement augmentée (norme : homme= 8-13 mg/L, femme = 6-10 mg/L).

3.2- Signes cliniques
  • Oligurie/anurie
  • Œdème (des membres inférieurs ou OAP)
  • Altération de l’Etat Général (AEG)
  • Douleurs à la palpation
  • Troubles digestifs
  • Urémie
3.3- Étiologies
  • L’insuffisance rénale aiguë fonctionnelle = pré-rénale

Peut être causée par une hypovolémie (choc hémorragique ou anaphylactique), une déshydratation extracellulaire (digestive, cutanée, rénale par exemple avec l’utilisation de diurétiques) ou l’utilisation de certains médicaments (diurétiques, AINS, anesthésiques…). Pour confirmer la cause fonctionnelle il faut réaliser un ionogramme sanguin et urinaire.

  • L’insuffisance rénale aiguë obstructive

Il faut pour cela rechercher la présence d’un obstacle intra-vésicale (caillot, tumeur, lithiases), ou sous vésicale (hypertrophie de la prostate, lithiases, tumeur…). Pour confirmer la cause obstructive il faut réaliser une échographie rénale à la recherche de l’obstacle. Une tomodensitométrie abdomino-pelvienne peut aussi permettre le diagnostic.

  • L’insuffisance rénale aiguë organique

Plusieurs étiologies possibles : vasculaires (HTA maligne, emboles, occlusion aiguë de l’artère ou de la veine rénale…), glomérulaires (syndrome néphrotique aigu, glomérulonéphrite rapidement progressive), tubulaires (état de choc, toxique, rhabdomyolyse, obstruction intra-tubulaire…), interstitielles (infection, immuno-allergique, infiltration cellulaire). Pour confirmer la cause organique il faut réaliser un ECBU, analyse du sédiment urinaire, protéinurie des 24H, électrophorèse des protéines urinaires. Il peut aussi être réalisé une ponction biopsie rénale.

3.4- Traitements
  • Pour l’IRA obstructive : drainage en urgence des urines par sonde vésicale, cathéter sus-pubien, sonde JJ, néphrostomie et traitement de l’obstacle (lithotritie extra corporelle,…)
  • Pour l’IRA fonctionnelle : arrêt des traitements néphrotoxiques, correction du choc hypovolémique ou anaphylactique
  • Pour l’IRA organique : traitement de la cause

4- L’insuffisance rénale chronique (IRC) et terminale (IRT)

4.1- Définition

Diminution permanente et irréversible du débit de filtration glomérulaire (DFG), secondaire à une maladie rénale évoluant depuis plus de 3 mois et pouvant aboutir à une insuffisance rénale terminale. L’IRC se définit par un DFG < à 80ml/min et l’IRT par un DFG < à 15 ml/min (norme = 120 ml/min).

4.2- Signes cliniques
  • Signes biologiques : Augmentation de la créatinine, baisse de la clairance de la créatinine, protéinurie, hématurie, leucocyturie
  • Manifestations hématologiques : Anémie, troubles de l’hémostase, déficit immunitaire
  • Manifestations cardio-vasculaires : HTA, surcharge hydro-sodée, hypertrophie ventriculaire gauche, athérosclérose accélérée
  • Perturbations métaboliques : Hypocalcémie, hyperphosphorémie, acidose métabolique, dyslipidémie, malnutrition
  • Manifestations neurologiques : Troubles mnésiques, troubles du sommeil, polynévrite, impatiences
  • Manifestations digestives : Nausée, vomissement, anorexie, œsophagite
  • Manifestations cutanées : Prurit, calcifications cutanées, pigmentation cireuse
  • Manifestations endocriniennes : Dysménorrhées, hypofertilité, baisse de libido, dysfonction érectile
4.3- Étiologies
  • Néphropathies vasculaires et hypertensives
  • Néphropathie diabétique
  • Glomérulonéphrites chroniques
  • Néphropathies héréditaires (polykystoses rénales essentiellement)
  • Néphropathies interstitielles chroniques
  • Néphropathies d’origine indéterminée

4.4- Traitements

  • Règles diététiques : Régime hyposodé, hypoprotidique, pauvre en potassium ; Adaptation de la quantité de boisson à la diurèse.
  • Traitement de l’hypertension : Inhibiteurs du système rénine-angiotensine (Razilex®), diurétiques (Lasilix®, Esidrex®).
  • Traitement de l’anémie : EPO (Aranesp®, Eprex®, Mircera®,…), fer (Tardyferon®, Fumafer®, Venofer®,…).
  • Correction des troubles phosphocalciques : Vitamine D (Uvedose®, Dedrogyl®, Un Alfa®,…), calcium (Calcidia®, Cacit®,…), chélateur du phosphore = substance qui entoure la molécule du phosphore afin de l’éliminer dans les selles (Rénagel®, Renvela®, …).
  • Correction des troubles métaboliques : Kayexalate® pour l’hyperkaliémie, bicarbonates pour l’acidose métabolique, statines pour la dyslipidémie (Elisor®, Tahor®,…) et équilibrer le diabète.

4.5- Traitements de l’insuffisance rénale terminale

  • Hémodialyse : technique permettant d’épurer le sang par le biais d’un rein artificiel
  • Dialyse péritonéale : technique utilisant le péritoine comme filtre pour épurer le sang
  • Greffe rénale : consiste à implanter un greffon prélevé sur un donneur décédé, ou vivant, ou par le biais de dons croisés

SOURCES

En libéral le stage est varié aussi bien du point de vue des soins que de la population rencontrée. Même si en majorité la population est vieillissante il n’est pas rare de passer d’un soin sur une personne âgée à celui sur un nourRisson. Le travail des infirmiers libéraux (IDEL) est très différent entre la ville, la campagne, les professionnels isolés et les cabinets qui regroupent plusieurs professionnels ou les maisons de santé. Néanmoins, il y a de nombreux points communs sur la prise en charge : mise en place du projet de vie, accompagnement du patient, relation soignant-soigné… À domicile, l’infirmier est l’interlocuteur privilégié du patient. Il doit avoir une grande capacité d’observation et d’analyse clinique afin de repérer tout problème potentiel ou avéré.


Population essentiellement rencontrée

À domicile tout type de population peut être rencontré. La population principale est en perte d’autonomie (personnes âgées ou maladie invalidante…) mais des soins variés peuvent être réalisés sur des patients de tout âge (nourrisson, enfant, adolescent, adulte…).


Équipe professionnelle essentiellement rencontrée

Tout dépend du contexte d’installation du professionnel. En cabinet essentiellement des infirmiers sont amenés à travailler ensemble. Mais de plus en plus les maisons de santé font collaborer médecins kinés aide-soignants…

  • Médecin traitant
  • SSIAD
  • Aide-soignant(e)
  • Aides à domicile (auxiliaire de vie, aides ménagères)
  • Kinésithérapeute
  • Orthophoniste
  • Ergothérapeute
  • Orthésiste
  • Equipe mobile (douleur, soins palliatifs…)


Soins essentiellement rencontrés

  • Soins d’hygiène et de confort
  • Pose de bas de contention
  • Prévention d’escarre
  • Prise de constantes
  • Injections
  • Ponctions veineuses
  • Perfusions
  • Pansements simples et complexes
  • Vaccination
  • Administration des thérapeutiques
  • Soins relationnels
  • Soins post-opératoires
  • Sondage évacuateur
  • Oxygénothérapie
  • Pose et dépose d’alimentation entérale

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux soins rencontrés.


Traitements essentiellement rencontrés

  • Antidiabétiques oraux / insuline
  • Anticoagulants
  • Antibiotiques
  • Bêtabloquants

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principaux traitements rencontrés


Pathologies essentiellement rencontrées

  • Cancers
  • Prise en charge palliative
  • Diabète
  • Hypertension artérielle
  • BPCO
  • Obésité
  • Sclérose en plaques
  • Parkinson
  • Démences
  • Alzheimer
  • Arthrose
  • Surveillance hématologique des anticoagulants
  • Vieillissement

Cette liste est non exhaustive et regroupe les principales pathologies rencontrées.


Prérequis

  • Organisation avec les partenaires
  • Gestion des urgences
  • Être autonome et prendre en charge le patient en globalité
  • Pathologies du vieillissement et pathologies chroniques
  • Compétences 3 et 6 (soins d’hygiène et de confort, soins relationnels et communication)
  • Transmettre et communiquer les observations

Dans tous les cas, l’ensemble de ces notions seront présentes tout au long de votre stage. Ces quelques conseils vous permettront seulement d’être un peu plus à l’aise lors du début de votre stage. N’hésitez pas à interpeller les professionnels de santé s’il y a des choses que vous ne comprenez pas ; mais essayez également de rechercher par vos propres moyens à l’aide des différents outils (ou ressources) à votre disposition dans le service. Nous vous souhaitons un très bon stage.

Christelle vous propose de consulter son travail de recherche du positionnement des étudiants en stage. Voici un résumé.


En raison d’expériences marquant mon parcours de formation, ce travail de fin d’études propose d’aborder la problématique du positionnement professionnel des étudiants infirmiers au sein des équipes soignantes. J’ai pu me rendre compte qu’il était parfois complexe pour les étudiants en soins infirmiers de se positionner face à des situations durant leurs stages. Ce constat m’a alors amenée à me demander : dans quelle mesure l’étudiant en soins infirmiers a-t-il le droit de se positionner face à une équipe ?

Afin de répondre à cette question, j’ai choisi de séparer mon travail en deux phases distinctes. Une exploration du sujet et des définitions qui y sont associées a permis de faire émerger les thématiques précises abordées lors de la phase d’approfondissement. Ma réflexion s’est nourrie de l’analyse d’entretiens libres et semi-directifs menés auprès de plusieurs infirmiers, d’une cadre de santé et d’une étudiante. De nouvelles recherches théoriques ont guidé ma réflexion et alimenté ces entretiens.

Au cours de ma recherche, différentes thématiques ont pu être abordées quant au droit et à la légitimité de l’étudiant à prendre position au sein d’une équipe. Ont aussi été explorés les différents facteurs influençant le positionnement, tels que le bilan de stage, ainsi que les sujets sur lesquels il est le plus à même d’être entendu et accepté par l’équipe. Ma réflexion a aussi pu m’amener à étudier l’intérêt du nouveau programme et de la pratique réflexive qu’il encourage dans le développement du positionnement de l’étudiant.

Mots clés : positionnement professionnel, étudiant infirmier, stage, statut d’étudiant, pratique réflexive, bilan de stage, …

ATTENTION, LE PLAGIAT EST PASSIBLE DE POURSUITES JUDICIAIRES