LA SUISSE

Pays de l’Europe centrale, frontalier avec l’Allemagne, l’Italie, la France,  l’Autriche et le Liechtenstein.  Pays montagneux à 60 % (par les Alpes). 

La population regroupe environ 8 millions de personnes de cultures, religions ou horizons différents. L’allemand est la première langue (63.5%) surtout dans le nord et le centre du pays; puis le français (22.5%) à l’ouest. Un peu d’italien (9%) au sud et du romanche (3%) au sud-est.

La Confédération Suisse est composée de 26 cantons. La « ville fédérale» ou capitale est Berne. Les cantons sont divisés en communes et districts. Ils ont les compétences pour gérer l’éducation, les hôpitaux, les routes, la police et la fiscalité. La Suisse est un état fédératif où chaque canton a son propre parlement.  Le tout est supervisé par une assemblée fédérale.

Comment faire pour travailler en Suisse ?

Pour travailler en Suisse, il faut avoir un permis de travail. Pour les frontaliers (vivant en France, travaillant en suisse), il vous faudra le permis de travail G. Si vous préférez l’immersion complète en Suisse, vous opterez pour le permis de travail B ou C.

Le diplôme français suffit pour exercer comme infirmier ou infirmière, sauf pour le canton de Genève où il faut une reconnaissance du diplôme par la Croix Rouge Suisse (environ 700 euros de frais).

L’employeur s’occupe de l’Inscription au système de retraite.

Vivre en suisse ou en France ?

Peu de différences au final. La décision découle de vos attentes en termes de qualité de vie.  Si vous voulez vivre en France,  le coût de la vie sera un peu moins élevé pour certains besoins : nourriture, loyer, imposition, consultation médicale. Comme pour tout, il y a des points négatifs. Vous devrez faire plusieurs kilomètres par jour pour vous rendre à votre travail. Cela engendrera des frais kilométriques, des frais d’entretien du véhicule ou des frais de transport en commun. Il faudra prendre en compte le temps de trajet. La zone frontalière entre la France et la Suisse est une zone montagnarde. Il faut prendre en compte les changements de météo, surtout l’hiver.  Tout devient une notion de calcul, de confort, de choix personnel.

Si vous voulez vivre en Suisse,  Il faudra quasiment inverser les inconvénients et les avantages. Moins de kilomètres, mais plus cher en loyer etc…

Le Système de soins

En Suisse, le système de sécurité sociale comme nous le connaissons en France n’existe pas. Chacun paie son assurance privée et une assurance accident. Cela fonctionne sur la base de paliers de franchise. Nous allons prendre un exemple. Vous prenez une franchise de 1000 francs suisse (CHF). Pour vos soins ou frais de consultation(s) ou d’hospitalisation,  les 1000 premiers francs  seront à votre charge puis le reste vous sera en parti remboursé.  Le montant de la franchise couvre une année complète.

En France, vous tombez malade et vous ne pouvez pas travailler durant un jour ou deux, vous devez fournir un arrêt de travail signé d’un médecin pour ne pas être perdant sur le salaire. En Suisse, les arrêts maladies sont à justifier après 3 jours d’arrêt (pour le personnel hospitalier, peut donc être différent en soins à domicile). Cela s’explique par une tarification conséquente de la  consultation chez un généraliste = environ 85 CHF.

Si on revient à votre plafond de franchise à 1000 CHF, cela fait 11 consultations.

Rôle infirmier et activité professionnelle :

Il existe peu de différences entre le travail en France et le travail en Suisse. Les pratiques sont similaires.

Certains soins, ne sont pas réalisés par les IDE. Les gaz du sang restent un geste médical en Suisse. La mise en place de protocoles de soins est fréquente. Ces prescriptions anticipées favorisent l’autonomie de l’infirmière. Celle-ci ne fait pas certains soins, par contre dans un service de type réanimation, elle dispose de compétences cliniques plus importante. En effet, elle peut réaliser une auscultation pulmonaire, lire des gazométries artérielles, interpréter des radios. Cela ne se fait pas du jour au lendemain, ni sans formation continue.

Vous disposez maintenant d’informations concernant la Suisse. La décision vous appartient.

Pour plus d’informations, contactez Julien –>  contact

Télécharger la fiche

Province canadienne dont la langue officielle est le français.  Nombreux sont les français qui souhaitent partir vivre ou voyager là bas. Avec quatre zones climatiques : arctique, subarctique, continentale et maritime, il y en a pour tous les goûts. La faune et la flore sont différentes. Le dépaysement y est total.

Le mode de vie se rapproche du standard américain sur bien des plans. Sauf sur le plan sanitaire où le Québec dispose d’une Régie de l’Assurance Maladie du Québec (RAMQ). Elle assure l’accès aux soins de santé gratuitement au moyen de différents impôts et taxes. Cela diffère de la sécurité sociale française sur certains points mais le but est d’améliorer l’accès aux soins à tous et ainsi que l’accès aux médicaments.

Votre décision est prise ? Vous voulez vivre au Québec ? Conduire une grosse américaine dans un froid polaire en parlant français ? Gratter ne suffira pas toujours !

Mais comment faire ? Vers qui se tourner ? Comment cela se passe ?

Pour travailler au Québec, il faut obtenir un visa longue durée (5 ans le plus souvent). Le seul établissement qui le délivrera est le Consulat. Il vous faudra justifier d’un emploi dans la province du Québec (Montréal, Québec, Laval etc…) et le Consulat décidera, si oui ou non, il vous délivre ce visa.

Vu qu’il faut trouver un emploi avant, il est bon de faire le tour des établissements qui vous intéressent et  voir si votre Curriculum Vitae convient. Petite astuce, certains établissements québécois envoient une délégation au salon de l’Infirmier à Paris. Le recrutement peut donc être facilité et avec un peu de chance, certaines démarches pourraient être gérées par l’employeur.

Vous avez été recruté ou votre candidature spontanée a été validée. Comment joindre le consulat? Vous trouverez ci dessous des coordonnées utiles à vos démarches.

Délégation Générale du Québec : 66 rue Pergolèse 75016 Paris  01-40-67-85-00

Ambassade du Canada : 35 Avenue Montaigne 75008 Paris.   01-44-43-29-00

Vous avez obtenu votre visa, vous avez un emploi. Vous avez même trouvé votre lieu de vie. L’aventure commence maintenant.

En France, durant votre formation vous avez découvert des techniques de soins, des approches relationnelles, de la pharmacologie. Vous savez qui prescrit, pourquoi, quand et comment (normalement). Le rôle de chacun est défini : aide-soignante, infirmière, médecin.

Au Québec, les prescriptions ne sont pas faites comme en France. Les médicaments ne sont pas les mêmes ou pas utilisés de la même façon. Poser une perfusion en France est souvent protocolé de façon institutionnelle ; au Québec la méthode est différente. Il faudra réapprendre ce que vous avez appris afin de vous adapter.

L’organisation des soins est différente et il existe plusieurs niveaux.

Au Canada, il y a trois catégories d’infirmières :

infirmière auxiliaire

infirmière

infirmière clinicienne

Un accord France/Québec sur la reconnaissance mutuelle des diplômes infirmiers datant de 2010-2011 nous place dans la dernière catégorie : infirmière (sous certaines conditions). Il faudra toutefois remplir quelques critères. Il faut être titulaire de son diplôme d’Etat, être inscrit à l’ONI (ordre national infirmier) et réaliser un stage en milieu clinique de 75 jours.

Arrivé au Québec, il faut obligatoirement s’inscrire, il me semble à l’OIIQ (Ordre des Infirmiers et Infirmières du Québec).

De plus,  possible qu’il y est une évolution de la reconnaissance pour se rapprocher du niveau de l’infirmière clinicienne.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site:

http://www.nnas.ca/comment-presenter-une-demande

Sur la durée , c’est une expérience professionnelle et personnelle pouvant être enrichissante. Comme toute décision, il faut se sentir prêt aux changements. Mais rien n’est impossible. Certains professionnels reviennent après quelques années, d’autres restent là bas pour leur fin de carrière.

Pour plus d’informations, contactez Julien à contact@entraide-esi-ide.com

Télécharger la fiche